Phobie des soins dentaires

Pour comprendre, cette phobie date du moyen-âge où les méthodes radicales d’extraction étaient courantes dès qu’une dent était « malade »… Ces méthodes ont perduré pendant de longues années jusqu’à ce que les diagnostics soient établis et que des traitements adaptés fassent leur apparition, avec la volonté du soignant de prendre en compte la douleur du patient.

phobie-des-soins-dentaires shadow3
tiboute5
phobie-des-soins-dentaires
la phobie des soins dentaires

Par définition (et certains se reconnaîtront certainement ) la dentophobie ou stomatophobie est déclarée lorsqu’un patient n’arrive pas à franchir la porte d’un cabinet dentaire du fait de l’appréhension de la douleur, de l’odeur des produits dentaires, du bruit de la « fraise », de la vision de la seringue d’anesthésique. Tous ces facteurs peuvent entraîner une sensation de mal-être profond, voire un sentiment de panique allant jusqu’au vomissement, laissant ainsi plonger le patient phobique dans un laxisme et préférant l’automédication plutôt que la consultation… Ces symptômes ne s’améliorent pas spontanément et peut avoir des conséquences gênantes.

Les conséquences de la phobie dentaire

On entre alors dans une spirale infernale (mais réversible), l’automédication reste la seule « pseudo » issue de secours avec le service d’urgence dentaire, avec comme conséquence pour de laisser une simple carie se transformer en infection et abcès dentaire, parfois même avec la nécessité d’extraire des dents. Cette conduite entraine ainsi, la désocialisation par peur de sourire et donc des problèmes majeurs dans les relations socio-professionnelles et personnelles.

Plus d'informations